Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 17:46


Me défiant du bonheur aux terres infécondes,

J’épousais la noirceur de nos balmes profondes.

En ces lieux inconnus, où les yeux n’ont plus prise,

L’Asbru s’élève aux nues où nos regards se brisent.

 

J’ai broyé les géodes aux entrailles de feu,

Caressé la dorsale de fringants alizés.

J’ai frôlé la camarde, appelé de mes vœux

Un amour dérisoire entaché de baisers.

 

J’ai voulu replonger dans les gouffres humides,

Où longtemps j’ai nagé dans les nimbes perfides.

Éloigné de ma source comme l’eau d’un torrent,

J’ai goûté à la course d’un grand cheval blanc.

 

Mais le mur est en nous et nos ailes fragiles,

Si les grilles sont hautes et les chiens prêts à mordre,

Nous passons nos chemins et nos vies sont tranquilles,

A ne pas se chercher de peur de se perdre

 

Peu importe le temps et l’envers du chemin,

Je prendrai du plaisir à forcer le destin.

Sous les cieux éburnés gisent de pales berges,

Que les dieux m’ont donné pour ultime refuge.


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche