Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 22:25


Le coeur a ses raisons, vous diront les passants,

Mais le mien l'a perdue, il y a bien longtemps.

Le soleil était haut, lorsque j'ouvris les yeux,

Accroché au rideau, un seul de tes cheveux.

 

La plage de satin où je plonge les mains,

A conservé la forme, la courbe de tes reins.

Mais tout n'est pas perdu, il me reste une larme,

Je croiserai le vers, aux oreilles des dames.

 

Chacun de leurs soupirs, comme une vague vive,

M'arrache aux souvenirs, puis les jours s'ensuivent.

Et je m'endors ici, me réveillant là-bas.

 

J'ai rêvé nos amours plus durs que de la pierre,

Mais ton parfum m'échappe au moindre courant d'air,

Et le jour se lève sur un nouveau combat.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche