Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 23:06

 

Comme ces feuilles enivrées aux parfums de l ‘été,

Que le vent nous arrache au hasard des courants,

Certains hommes s’en vont dans la force des ans,

Nous laissant malgré eux tant de cœurs dévastés.

 

Si mes joues restent sèches, je pleure des deux mains,

Quelques larmes de chine sur un blanc parchemin.

Quelque soit la douleur, la longueur du chemin,

Nous marchons hésitant vers tant d’autres matins.

 

La morsure du soleil, la caresse du vent,

Un amour qui s’éveille, la naissance d’un enfant,

Le clinquant des médailles ou leurs tristes revers,

Sautons à deux pieds dans les cœurs grands ouverts.

 

Nous avons peu de temps que tant d’hommes gaspillent

Dans le feu d’une guerre, d’une joute imbécile.

Et le vœu le plus cher de tous ceux qui nous quittent,

Est la paix dans le cœur de tous ceux qui nous restent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche