Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 23:25


C’est deux corps érodés par les larmes du temps

Qui font baisser les yeux des honnêtes passants.

Deux semblants de nulle part arrachés à l’enfance

Par un rêve de jouvence qui passe aux aveux.

 

C’est Ronsard et l’objet de ses plus beaux sonnets,

Deux gamins en goguette aux grands yeux étonnés,

Qui caressent du pied les trottoirs de Paris,

Et sourient aux moqueurs qui les trouvent un peu vieux.

 

C’est la main dans la main qu’ils s’en vont souriants,

Sous les ponts du faubourg où galopent les ans.

Il fait froid, ils s’assoient. La nuit qui s’avance

De poussière d’étoile a couvert leurs cheveux.

 

Mais le vent froid du nord ne les fait frissonner,

Sur un grand drapeau clair, quelques mots griffonnés;

Vers les soleils éteints de leurs pupilles sans vie,

Vois l’ultime coursier s’enfoncer dans leurs yeux.

 

« C’est l’hiver mon amour.

La saison sans retour

A gravé sur nos cœurs,

Tant de rires et de pleurs,

Que le soir nous est doux. »


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche