Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 23:32


Si de l’aurore au crépuscule

On se débat, on se bouscule,

Dessous l’étreinte majuscule

De nos contraintes ridicules.

 

Pas de romans, des opuscules,

Et vu d’ici, c’est minuscule,

Dans le brouillard des particules

Élémentaires sous la férule.

 

Où sont les tables du festin ?

Où sont donc les fameux matins

Qui chanteraient à l’unisson,

Parfum de miel sur nos raisons.

 

Car au départ le postulat

Est pourtant clair, chacun pour soi.

Les concessions sont d’outre tombe,

Les hommes chassent les colombes.

 

Mais petit homme a peur de l’ombre,

Baise la main qui le rassure,

Et guidé par la loi du nombre,

Plonge en riant dans l’âge mur.

 

Où sont les restes du festin ?

Les tables d’or, les magiciens,

Les ménestrels, les fifrelins ?

A quand la croisée des chemins ?

 

Manquer à ce point de raison

En approchant à reculons

Du précipice au doux parfum,

Point d’orgue abhorré du destin.

 

Tout ce trajet pour vaciller

Aux portes mêmes des cités,

Que les prophètes ont vu briller

Depuis l’aube de l’humanité.


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche