Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 22:51

 

Mon carnet à spirales inspiré se défile,

Une valse de mots où se perd mon latin

En un flot coloré souligne les îles

Où mon âme blessée vient cacher son butin.

 

J'y empile consonnes et voyelles au hasard

D'une plume agitée par les vents qui se lèvent

Sur les champs mordorés qui nous mettent en retard.

Abattu par le vent, je m'assois et je rêve.

 

A quoi bon, me dis tu, si nos luttes sont vaines,

Epuiser nos montures en chemins de déveine,

Funambules improbables sur le fil du rasoir.

 

A quoi bon, me dis tu, mais à tout te dirai-je,

L'illusion de nos pas que recouvre la neige

Nous conduit un beau jour dans les bras de l'espoir.

 

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 21:33

 

Nous plantons dans nos veines, encriers de fortune,
La plume qui d'un trait nous relie à la lune.
Et traçons le chemin sur le sable encore tiède,
D'un index fusain, à l'ombre des pinèdes.

Puis nous guettons fébriles l'horizon à bascule
Pour saisir au rebond, la clé de nos cellules,
Jusqu'au point de l'aurore où se perd le regard
Dans un bain de lumière où barbote l'espoir.

Je caresse ta nuque et m'enivre à plaisir
Des parfums de bohème de ta longue chevelure,
Que la lune complice colore à loisir.

Et sous l'oeil amusé de quelque lampyre,
Quand glissent les colliers et nos pauvres ceintures,
Moi qui rien ne possède, je t'offre un empire.


Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 20:57


Étoles de pourpre, cascades de vigne,

Vierge, folle, enflammée, à l'orée des forêts.

Mycélium impatient qui disperse ses lignes

Dans la douce chaleur d'un humus duvet.

 

Dévalant les bosquets en folles embardées,

Les grappes mordorées d'essences mélangées,

Dessinent au fil du temps le merveilleux tableau

Qui s'offre à nos regards et se passe de mots.

 

L'automne a mis le feu à la moindre futaie,

Préparant le terrain à l'hiver qui s'avance,

Inquiet, le volatile , guette la moindre baie.

 

Et la faune engourdie recherche un édredon,

dans les premiers frimas esquisse un pas de danse,

atteignant l'autre rive au rythme des saisons.


Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:21


La nuit vient de tomber et ces forêts de toits,

sous les reflets de lune me mettent en émoi,

Les chats qui vivent là ne savent rien des lois,

Ceux qui vivent sans chaines ne craignent pas le froid.


Nous avons sacrifié sur l'autel du confort,

tant de rêves qu'enfants, nous confiions au hasard,

Pour un coin de ciel bleu qu'on nous vend au prix fort,

Nous troquons nos élytres et glissons sous le fard.


Les marchands de bonheur ont bâti des empires,

Nous promettant la lune jusqu'au dernier soupir

Et nous laissant la peur pour unique raison.


Pourquoi vivre à genoux quand nous attend la nuit ?

Il n'est guère que l'Amour qui éloigne l'ennui,

Laisse filer tes larmes comme pluie de mousson.

 

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:19


Ô mes amours défigurées !

Vous crûtes un jour m’avoir tué,

Mais mon esprit s’est épuré,

Au filtre sombre des nuées.

 

Quand de Leucade j’ai plongé,

Au sépulcre pélagique,

Sans nul remord j’ai bien songé

A vos candeurs séraphiques.

 

J’ai bu ci bas jusqu’à la lie,

Au fines coupes du désir.

J’ai su l’amour comme l’ennui

Pour aujourd’hui me souvenir.

 

Et voyez, Ô mes valkyries,

Celui que vous aviez choisi

A conservé tous vos souris

Quand au combat il fut saisi.

 

Voyez versée à l’horizon

Cette coupe vermeille,

Elle est le feu de nos passions,

Et la nuit qui s’éveille.

 

Tant de cœurs s’y sont donc vidés

Que les sanguines lueurs,

D’instants où j’oubliai d’aimer,

Éveillent la douleur.

 

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:18


J’ai rêvé bien souvent d’un pays familier ;

Aux abords, néanmoins, quelque peu singuliers.

Et là, je vivrais heureux sous un ciel d’ivoire.

Et là je pourrais enfin, noyer ma mémoire.

 

Deux prismes y transforment les lueurs blafardes

En corolles irisées de ces fleurs qu’on devine,

Sous les monts blanchâtres aux rivières sanguines.

Permet qu’auprès d’elles, un moment je m’attarde.

 

Passant d’aigue marine au rubis écarlate,

Doux tapis de velours ou remparts verglacés,

Les deux golfes amers qu’il me faut traverser

Resteront à jamais les plus purs qu’il existe.

 

Hâtons nous mon aimée, conduis moi, il est bien tard !

Les étoiles sur ces golfes annoncent un grand départ,

Afin qu’au dernier soir, au pays que j’aimais,

Les deux voiles de satin nous protègent à jamais.

 

« Délire éthylique ou folie ? » me dis tu.

Tu as raison, j’ai trop bu mon amour,

De liqueur saline qui trouble la vue.

 

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:17


Ô poètes, vous qui fûtes mes phares,

En ce soir, apaisez ma douleur.

Du fond de l’Erebe, unissons nos efforts,

Et reconstruisons Babel, sur l’heure.

 

Pour déchirer ce ciel qui nous écrase,

Et qui, sur nous comme la bdelle,

Aspire nos rêves et les embrase.

Malgré lui, déployons nos ailes.

 

D’en haut, les filles d’Atlas nous appellent.

Il est bien temps, quittons l’absinthe,

Abreuvons nos âmes qui nous harcèlent,

Cherchons l’Archée, chassons nos craintes.

 

Par l’alchimie qui est la notre,

Puisons dans la vie ce qui est essence.

Du vrai nous faisant les apôtres,

Dans la toile d’encre, plantons nos lances.

 

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 10:18


Pétale détaché

par le vent caressé

qui s'en vient se poser

sur un lit de rosée


nuages éventrés

au soleil d'été,

corolles irisées

de tes yeux amusés


Par le tendre tableau

que la pluie a laissé,

Arc en ciel sitôt

par le vent balayé.


Pétale détaché

Sur ma joue s'est posé,

Aussitôt arraché

Par tes lèvres rosées.


Jalousie dérisoire,

Tu sais bien mon Amour

Que nos jeux de miroirs

Ont le souffle un peu court.


Nous cueillons les trésors

Que nous offre le vent,

Parfois jusqu'à l'aurore

Dans un rire d'enfant.


Et marchons au hasard

Des sentiers de fortune,

Nous mettant en retard
Pour un rayon de lune.


Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 10:10


Toi, mon Amour tout doux, mon tout petit bijou;

Arraché au néant pour narguer le soleil,

Quelques heures loin de toi et je sombre d’un coup

Dans un gouffre sans lune tant j’ai besoin de miel.


Je veux vivre de toi, et avec et pour toi,

Et mourir en buvant, dans tes yeux la liqueur

Que les Dieux se réservent, qui enlève le poids,

Que nourrissent les ans de nos rêves trompeurs.


Peu importe le temps, qui taquine le fil,

Et le bout du chemin, que l’on sait difficile,

Je conserve le songe d’estivales nuitées.


Des instants qui mûrissent, tout au fond des pupilles,

Un parfum de toujours, exaltant les papilles,

Une bouffée de rien, un vent d’éternité.


Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 09:55

Et voici que revient le ballet des ombrelles,

Où s'offrent aux rayons sans craindre les morsures,
Les compas ravissants de satin des donzelles
Chapeautés de mousseline ondulant dans l'azur.

Et voici que revient le temps de nos brûlures,
Quand s'expose l'amour aux rayons indolents,
Sans penser à demain, à ces fleurs qui ne durent,
Que le temps d'un été aux caresses du vent.

Mais qu'importent les heures pour qui goûte l'instant,
Quand nos coeurs aux abois guettent un rayon de lune,
Et confient nos amours aux reflets de l'étang.

De nos vies, la lumière, inondait ton sourire,
Allongés sur la mousse quand tombe la brune,
Je troquais le soleil pour la queue d'un lampyre.

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche