Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:18


J’ai rêvé bien souvent d’un pays familier ;

Aux abords, néanmoins, quelque peu singuliers.

Et là, je vivrais heureux sous un ciel d’ivoire.

Et là je pourrais enfin, noyer ma mémoire.

 

Deux prismes y transforment les lueurs blafardes

En corolles irisées de ces fleurs qu’on devine,

Sous les monts blanchâtres aux rivières sanguines.

Permet qu’auprès d’elles, un moment je m’attarde.

 

Passant d’aigue marine au rubis écarlate,

Doux tapis de velours ou remparts verglacés,

Les deux golfes amers qu’il me faut traverser

Resteront à jamais les plus purs qu’il existe.

 

Hâtons nous mon aimée, conduis moi, il est bien tard !

Les étoiles sur ces golfes annoncent un grand départ,

Afin qu’au dernier soir, au pays que j’aimais,

Les deux voiles de satin nous protègent à jamais.

 

« Délire éthylique ou folie ? » me dis tu.

Tu as raison, j’ai trop bu mon amour,

De liqueur saline qui trouble la vue.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul BARASTIER - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • Le blog de Jean-Paul BARASTIER
  • : poésie, tous les poèmes de Jean-Paul BARASTIER
  • Contact

Recherche